Mare Nostrum : en bleu de chauffe

Après les onze médailles décrochées aux championnats d’Europe de Debrecen, fin mai, les nageurs de l’équipe de France ont continué de monter en puissance lors des trois étapes du Mare Nostrum à Barcelone, Canet-en-Roussillon et Monaco. Etat des forces.

En voilà une qui n’en finit plus de crever l’écran. Après des championnats de France à Dunkerque époustouflants (Camille Muffat avait entre autre effacer des tablettes nationales les marques de Laure Manaudou sur 200 et 400 m nage libre, Ndlr) la Niçoise de 22 ans, qui avait choisi de faire l’impasse sur les Euro en grand bassin pour peaufiner sa préparation olympique, a signé, à Canet, un nouveau record de France du 200 m nage libre (1’54’’66 contre 1’54’’87 aux « France » du mois de mars) ainsi qu’une troisième performance mondiale de l’année sur 400 m nage libre (4’02’’97).

Autant de signaux que la nouvelle chef de file de la natation féminine tricolore a courtoisement adressés à ses principales concurrentes.

Moins en vue, son partenaire d’entraînement Yannick Agnel a semblé davantage souffrir sur 100 et 400 m nage libre, autant à Canet qu’à Monaco. « C’est vrai que j’ai eu un peu de mal à finir ces courses, mais ça reste convenable dans mon état de forme. Je pense avoir fait ce que je devais faire », commentait-il sans s’inquiéter outre mesure. En dépit de la fatigue, le Marseillais Camille Lacourt a, quant à lui, remporté la finale du 100 m dos à Canet dans un temps presque anecdotique (54’’24). « Vu l’état de fatigue, c’est vraiment un bon chrono », confirmait le champion du monde de la spécialité. A noter également la convaincante performance de Florent Manaudou qui s’est adjugé le 50 m nage libre à Canet-en-Roussillon en 22’’36.

Enfin, difficile de ne pas saluer la victoire de Sébastien Rouault à Barcelone sur 1 500 m nage libre (15’17’’91) et la fin de carrière de l’Antibois Boris Steimetz. A 24 ans, le nageur de Denis Auguin, membre du relais 4x100 m nage libre vice-champion olympique à Pékin en 2008, a tiré sa révérence pour se concentrer désormais pleinement sur ses études de kinésithérapeute. « Je garde des souvenirs hors du commun. Peu de gens ont eu la chance de vivre ça. En plus, je viens de la Réunion, une petite île, et j’ai réussi à m’imposer en tant que tête de liste à certains moments. Je suis très heureux d’avoir vécu ces moments-là, et surtout de les avoir partagés », déclarait le partenaire d’Alain Bernard à l’issue de sa dernière prestation.

Adrien Cadot