MUFFAT, LE PARI DE LA FRAICHEUR

Après des championnats du monde de Barcelone en demi-teinte où elle a décroché le bronze sur 200 m nage libre mais terminé seulement septième du 400 m, la Niçoise avait décidé de souffler un peu. Résultat, elle ne s’entraînait plus qu’une fois par jour jusqu’en décembre 2013. Une prise de recul nécessaire pour la championne olympique du 400 m qui avait vécu une année 2012 incroyable, mais très éprouvante physiquement et mentalement. Le rythme retrouvé en début d’année 2014, Muffat a réussi ses championnats de France à Chartres en décrochant quatre titres et une deuxième place. Dans de bonnes dispositions lors du Mare Nostrum, la Niçoise devra confirmer son retour en forme à Vichy avant d’espérer de grandes choses à Berlin.

Jonathan Cohen.